L’ADN et les Sons

MurielBy Muriel28 avril 202012 Minutes

Comment expliquer que les Sons, les mots et même nos pensées ont une influencent réelle sur la matière et sur notre ADN ?
Existe t-il une perspective pour agir sur sa reprogrammation ?

QU’EST-CE QUE L’ADN

ADN signifie acide désoxyribonucléique. Il s’agit de la molécule support de l’information génétique héréditaire.
Sa structure est une molécule très longue, composée d’une succession de nucléotides accrochés les uns aux autres par des liaisons phosphodiester.
Dans l’ADN, comme dans l’ARN d’ailleurs, la liaison phosphodiester est le lien entre 2 nucléotides via les éléments Carbone (C)
Il existe 4 nucléotides différents :
– l’adénosine
– la cytidine
– la guanosine
– la thymidine
dont l’ordre d’enchaînement est très précis et correspond à l’information génétique.

En réalité, l’ADN, connu et identifié aujourd’hui, est formé de deux brins complémentaires enroulés en hélice (double hélice).
Cette structure en double hélice, que la plupart d’entre nous connaissons, est codée avec des quantités abondantes d’informations.
En fait, l’ADN peut être utilisé pour stocker plus de données que n’importe quel support artificiel !

L’ADN ET SES MYSTERES

Il est intéressant de noter que de nombreuses fonctions de notre ADN restent un grand mystère que nos généticiens cataloguent « d’ADN poubelle » soit environ 90% !
Car en fait, il semblerait qu’il n’y ait pas 2 brins uniques dans l’ADN mais 12 inconnus supplémentaires, 12 brins potentiels dormant !
L’activation de l’ADN suggère ainsi l’idée qu’il y a un modèle d’ADN supplémentaire. ce dernier est contenu en chacun de nous qui va au-delà de l’hélice à double brin.
Il y a autre chose d’essentiel ! Les codes existant dans l’ADN ne sont pas seulement utilisés pour construire des protéines mais pour communiquer !

Dans des expériences d’un groupe scientifique de Moscou, sous la direction du biologiste moléculaire et biophysicien Pjotr. P. Garjajev, on a pu démontrer que les codes existant dans l’ADN ne sont pas seulement utilisés pour construire des protéines comme c’est le cas pour les gènes.
Le codage de l’ADN est plutôt utilisé pour la communication. Plus précisément, pour l’hyper communication c’est-à-dire comme une hyper-connexion numérique : la nature est en réseau (online) !
Ces résultats et conclusions furent déroutantes et inespérées, car non seulement notre ADN est responsable de la construction de notre corps mais il sert également de stockage de données et de communication. Alors, qui de mieux que des linguistes pour tenter de mieux comprendre le mystère…

AVEC QUI OU QUOI CHUCHOTENT NOS GENES ?

Les linguistes Russes se sont aperçus que le code génétique, notamment nos 90% d’ADN « poubelle », suit les mêmes règles que les langages humains !
Pour cela, ils ont comparé les règles de syntaxes, ceux de la sémantique ainsi que les règles de grammaires de base.

Ils se sont aperçus que les alcalis de notre ADN suivent une grammaire régulière et ont établi des règles semblables à celles de notre langage.
Ce que l’on appelle les alcalis correspondent à l’oxyde et hydroxyde d’un métal alcalin (lithium, potassium, sodium…etc.).
Ainsi, le langage humain n’est pas le fruit d’un heureux hasard, mais est le reflet de notre ADN !

Le biophysicien et biologiste moléculaire Pjotr Garjajev et ses collègues ont également exploré le comportement vibrationnel de l’ADN.
On peut tout simplement utiliser les mots et les phrases du langage humain ! Ceci a été également prouvé de façon expérimentale !
La substance ADN dans les tissus vivants réagit toujours au langage modulé des rayons laser et même aux ondes radios, si on utilise certaines fréquence.
L’ADN attire donc des bribes d’informations (conscience non-locale) et les transmet à notre champ de conscience « individuelle ».
Ce processus d’hyper-communication est plus efficace en état de relaxation.
Le stress, l’inquiétude ou bien une hyperactivité intellectuelle nuiraient au processus !

La Conscience chuchoterait-elle à l’oreille de notre ADN ?

L’ACTION DES CHAMPS VIBRATOIRES

On a découvert – depuis quelques temps déjà – que certaines fréquences sonores ont des effets sur le fonctionnement du cerveau et sur la santé cellulaire.
Mais l’on sait aussi que l’ADN peut laisser des empreintes vibratoires dans son milieu… et qu’il s’agit de codes vibratoires informationnels.
Ainsi, lorsque vous œuvrez dans votre pratique personnelle et/ou professionnelle avec l’Intention, les mots vont avoir un impact réel dans votre univers intérieur !
L’ADN possède donc un champ vibratoire et électromagnétique qui est sensible à l’intention émise par l’être humain.
Le Dr Leonard Laskow insiste d’ailleurs sur le fait suivant : “Lorsque nous ajoutons une pensée à une image ou une image à une pensée, nous pouvons doubler l’impact de notre intention de guérison. Et nous pouvons également l’inverser.”

Nous avons tous la grâce d’être traversés par l’esprit et ce flux peut être renforcé si nous le lui demandons avec amour et si nous le laissons faire.
Alors la séparation créative de l’individuation devient reconnaissance consciente de l’unité.

L’INTENTION & LA CONSCIENCE AU CŒUR DU VIVANT

Oui, l’intention est un outil exceptionnel à disposition de tous !
Nous possédons tous la capacité d’influencer de manière non locale le monde microphysique.
Mais ce n’est pas de la pensée magique ! D’autres études indiquent que l’esprit humain est aussi capable de bio­ psychokinèse (bio-PK). C’est-à-dire d’une action non locale sur la matière organique et les êtres vivants.

Alors OUI, l’intention est une pratique de création qui se doit d’être consciente.

« Jean Barry, médecin français de Bordeaux qui fut aussi président de l’Institut métapsychique international, est un autre des pionniers de la recherche sur la bio-PK. Le Dr Barry essaya de déterminer s’il est possible pour des êtres humains d’inhiber mentalement la croissance d’un fongus (un champignon) pouvant provoquer une maladie infectieuse.
Dans cette expérience, on s’assura de contrôler la pureté génétique du fongus, qui était cultivé dans des boîtes de Petri (un incubateur de laboratoire). Les conditions d’environnement (température, humidité, éclairage) étaient identiques pour les boîtes choisies au hasard pour être influencées et pour les boîtes du groupe contrôle. Dix individus participèrent à l’expérience.
Lors de chaque session, cinq boîtes expérimentales et cinq boîtes contrôle furent assignées à chacun des participants :
ceux-ci étaient assis à 1,50 m de ces boîtes.
On leur demandait de focaliser uniquement leur attention et leur intention sur les cinq boîtes expérimentales pendant quinze minutes.

À la fin de chaque session, les boîtes étaient pesées et comparées. Si les boîtes expérimentales étaient plus légères que les boîtes-contrôle, un succès était enregistré ; si elles étaient plus lourdes, un échec était noté.

LES RESULTATS EXPERIMENTAUX

Pour 151 des 195 sessions réalisées dans le cadre de cette expérimentation, la croissance du fungus dans les boîtes expérimentales fut significativement inférieure à celle des boîtes contrôles. » INREES– 01/05/2018 – Le saut quantique de la conscience, Pour se libérer enfin de l’idéologie matérialiste.

MANIFESTER L’INVISIBLE

Les mots et les jeux de fréquences sonores ont un impact réel sur la trame de la vie elle-même.
Notre responsabilité est engagée dans nos paroles bien au-delà de la bienséance. Quant à l’intentionnalité, y compris celle qui s’en remet au divin « que ta volonté soit faite et non la mienne » (Lc 22:42), est le fil d’Ariane qui guide la manifestation de cette énergie-conscience.

Manifester l’invisible au creux de la matière grâce aux sons. C’est-à-dire aux vibrations émises et mises au monde (concentration, volonté, pensées, verbe, sentiments, émotions, croyances…etc.) est une réalité que nous devons prendre au sérieux.

Pour un monde meilleur

NAMASTE les Cristallins !
Muriel Lacombe

Vous pouvez partager l’article à condition d’en conserver son intégralité, d’identifier la source (Cristal Vibrasons) et l’auteur. Merci.